Tom

Tom Adjibi prêt à souffrir sur scène au 72e Festival d’Avignon

| 14 juni 2018
Remarqué dans diverses pubs à la télé, le comédien bruxellois Tom Adjibi jouera cet été à Avignon dans «La Reprise - Histoire(s) du théâtre», une coproduction internationale énorme par un des créateurs les plus courus du moment, le Suisse Milo Rau, et inspirée d’un fait divers liégeois particulièrement tragique.

Tom Adjibi, 31 ans, Français par sa mère, Béninois par son père provient… de Lille. Il s’est installé à Bruxelles voilà 8 ans pour suivre la formation de comédien de l’Insas. Assez vite, on l’a remarqué dans des spots de pub à la télé: « Pendant mes études, il fallait bien vivre, j’en ai donc fait une trentaine. Et dans toutes ces pubs, j’ai toujours eu le même rôle: le bon pote métisse du personnage central, lequel était… toujours de type caucasien, donc blanc , rigole-t-il. J’ai vite compris à chaque casting que je correspondais à une sorte d’échantillon ethnique qui faisait partie du scénario.»

Dans une pub pour société de paris sportifs par un effet spécial, on a même vu ses yeux exorbités se mettre à tourner! « Olala… Celui-là, je n’en suis pas spécialement fier », ajoute-t-il.

En parallèle, il a décroché des petits rôles au cinéma. « J’ai fait le casting d’ Un jour et deux nuits pour les frères Dardenne, et j’ai décroché un rôle de médecin. En fait, les Dardenne cherchaient un acteur… noir. Mais ils m’ont choisi quand même. »

Ce n’est pas que cette « discrimination positive » l’ait rendu grognon, mais Tom se dit parfois qu’il aimerait « être choisi pour ses qualités de comédien tout court, et non parce qu’il correspond à des critères physiques ou raciaux ».

Tom s’est aussi multiplié au théâtre, dans des spectacles d’Armel Roussel ou en duo avec sa compagne la danseuse Mercedes Dassy.

Et puis, d’ici quelques semaines, c’est le Festival d’Avignon qui l’attend. Dans la cour des grands puisqu’il est le personnage

central d’un spectacle dénommé La Reprise – Histoire(s) du théâtre qui sera un des événements du « In », équivalent de la sélection officielle à Cannes. La Reprise – Histoire(s) du théâtre est un spectacle du metteur en scène suisse Milo Rau, considéré comme un des meilleurs d’Europe. Milo Rau a fait sensation avec des spectacles qui s’interrogent sur la représentation de la violence au théâtre. En témoignent les sujets abordés précédemment: le génocide rwandais ou l’affaire Dutroux (avec le spectacle Five easy pieces ).

«C’est vraiment un enfant terrible, comme on dit. Outre qu’il est très vif et imaginatif, il a une incroyable curiosité des autres. De chaque comédien, il voulait savoir des tas des choses. Et de tout ce qu’il apprenait de nous, il sortait au fur et à mesure les textes du spectacle, presque en direct.» L’occasion pour Tom de placer une «punchline» remarquée: « Si tu es noir, soit tu joues le Noir, soit tu joues dans le théâtre engagé où tu dénonces ça… soit tu danses.»

La Reprise – Histoire(s) du théâtre s’inspire d’un crime homophobe survenu à Liège en

avril 2012. Un jeune gay avait été enlevé, torturé et laissé pour mort par un groupe d’individus. Milo Rau reconstitue cette tragédie sur scène: « Lors du casting, je n’avais qu’une vague idée du sujet. Mais on m’a demandé si j’acceptais de jouer un homosexuel, si j’acceptais d’être torturé ou du moins violenté… Pas de problème pour moi !» (Rires)

Ce n’est donc pas un rôle facile qu’a endossé Tom, celui de la malheureuse victime. Et une performance physique parfois douloureuse. La récompense, c’est une tournée mondiale. Le spectacle a été créé au « National » à Bruxelles, début mai, dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts: « Mais après Avignon, il y a 60 dates de prévues. Et des options dans des tas de pays, du Brésil au Japon.»

«Reprise – Histoire(s) du Théâtre», au Gymnase du lycée Aubanel à Avignon, du 7 au 14 juillet, 18 heures http://www.festival-avignon.co...

| Xavier DISKEUVE, l'Avenir, 14/06/2018